Emailing Responsive Design : « j’achète ! » ou pas ?

L’email est, rappelons-le, un canal direct de communication avec votre cible. Comment communiquer efficacement si, en fonction du support de lecture choisi, le message ne s’affiche pas correctement ?

Les boîtes mails étant de plus en plus consultées sur mobiles (avec des fenêtres de lecture variant du smartphone à la tablette), il devient tentant de se lancer dans l’emailing responsive design.

Avant tout, il est urgent de se poser les bonnes questions !

Quelle est la cible de votre campagne e-mail marketing direct ?

Avant de prendre une décision, il vous faut analyser le mode de consultation de vos destinataires et leurs attentes. Connaître le plus précisément possible la proportion de messages lus sur des terminaux mobiles ne suffit pas. Effectivement, les lecteurs peuvent très bien utiliser leur mobile pour trier leurs messages mais préfèreront les lire ou effectuer l’achat devant un écran d’ordinateur.

Quelle est la finalité du message ? Vendre un produit ou fidéliser sa clientèle avec l’envoi d’une newsletter ? En fonction de votre objectif, la démarche sera différente et si vous faîtes le choix du Responsive Design, veillez bien à ce que les liens contenus dans le message pointent vers une landing page ou un site consultables aisément sur mobile ! Ne serait-ce pas dommage d’engager une partie du budget qui vous est alloué dans le responsive design et de perdre le client avant la fin du parcours de conversion ?

Quel budget voulez-vous consacrer à votre campagne emailing ?

Parce qu’il faut bien se l’avouer, le choix du responsive design peut s’avérer coûteux et chronophage.

Optimiser un emailing en responsive design coûte en moyenne deux fois plus cher qu’en HTML classique. En plus de modifier l’HTML, il faut repenser la conception même de l’information.

La fréquence des envois, et donc des mises à jour, est à étudier également. Pour l’envoi d’une newsletter, le responsive design est cohérent parce que d’un message à l’autre, seuls les textes et certains visuels changent. Par contre, si d’une campagne à l’autre, tout le template de l’emailing change, le responsive design pèsera lourd dans le budget.

Gardez aussi à l’esprit la diversité et l’évolution constante des terminaux mobiles. Un email responsive est quoiqu’il arrive plus complexe à intégrer, les règles à respecter diffèrent d’un support à l’autre et changent constamment. Un suivi fréquent du rendu sur les principaux terminaux est indispensable.

Quelle solution choisir pour optimiser l’affichage de vos emailings ?

Après une analyse des statistiques de vos dernières campagnes email marketing et des logs des landing pages associées, il est indispensable de mesurer le ROI potentiel d’une migration vers le responsive design.

Le budget, la cible, le contenu du message (dense ou non), la fréquence des envois, le délai d’exécution sont autant de facteurs à prendre en compte pour décider de recourir ou non au responsive design.

Pourquoi ne pas choisir le compromis d’adapter vos emails à une consultation sur mobile ?

Avantages :

  • vous ne perdez pas les lecteurs mobiles qui risqueraient de classer verticalement les messages qui ne s’affichent pas correctement ;
  • les délais et donc, le coût de création graphique et d’intégration HTML sont réduits par rapport à l’emailing responsive design.

Comment ? Il faut repenser la conception du message pour faciliter la lecture des emailings sur mobile. Voici quelques pistes d’adaptation :

  • Synthétiser le contenu du message pour être encore plus impactant
  • Privilégier une mise en forme sur une seule colonne (600 px de large maximum)
  • Aérer la mise en page en laissant un espace suffisant entre les Call-to-Action pour s’adapter à tous les doigts
  • Adapter la taille de police (14 px minimum)
  • Réduire le nombre d’images pour aller à l’essentiel

 

Plus que jamais, votre stratégie doit être centrée sur le client. Alors, avant d’« acheter » l’emailing Responsive Design, ayez une vision 360° du parcours du destinataire depuis la réception de votre email jusqu’à l’action finale attendue, pour bien peser le pour et le contre !